Rayon: OFF
Rayon:
km Set radius for geolocation
Recherche

La SQDC de Drummondville prise d’assaut

La SQDC de Drummondville prise d’assaut

Des centaines de personnes ont fait la file devant la seule succursale de la Société québécoise du cannabis (SQDC) au Centre-du-Québec au matin de son ouverture officielle.

Ces gens sont venus d’un peu partout, comme de Sherbrooke, de Sorel et de Granby, pour se procurer des produits vendus à la SQDC.

Les clients entrent dans le commerce situé sur le boul. Saint-Joseph à Drummondville par groupe de 30 et certains ont attendu près de 2 h avant pouvoir mettre le pied à l’intérieur. Des agents de sécurité et des policiers sont sur place pour s’assurer du bon ordre.

Le premier client qui est ressorti avec ses achats a été chaudement applaudi par les autres qui attendaient. Je savais ce que je venais chercher. C’était une bonne expérience. C’est rapide. Pas le temps de niaiser! C’est une première pour tout le monde. C’est une grosse journée pour le Canada et pour le Québec !, s’est-il exclamé. Il avait mis la main sur deux sortes d’Indica et un hybride.

Plusieurs ont vanté la qualité du service à la clientèle. C’était très bien. C’est sûr que c’est leur première journée, ils étaient un peu stressés. Ils avaient de bons points de vue. Ils nous expliquaient de bonnes chances. Je suis content de ça. Les prix sont un peu chers par contre, a raconté l’un d’eux.

Un autre acheteur a déploré le fait qu’il y ait des quantités minimales à acheter pour certaines variétés. J’ai remarqué que le prix était un peu plus élevé aussi. On parle beaucoup de la non-incitation à la consommation, mais il y a beaucoup de variétés qu’on est obligé d’acheter 3,5 grammes plutôt qu’à un gramme. On est forcé d’acheter plus que ce que l’on voudrait.

Le maire de Drummondville et président de l’Union des Municipalités du Québec, Alexandre Cusson, était aussi sur place. Il n’était pas étonné de voir la quantité de clients qui attendaient dehors. Selon lui, l’achalandage s’estompera au cours des prochains jours.

M. Cusson a profité de l’occasion pour rappeler que le bon ordre et la paix sont de compétence municipale et qu’avec le nouveau gouvernement élu, il pourrait y avoir des changements. On est ouvert à discuter avec le gouvernement du Québec. On souhaite faire partie de la discussion. Les Municipalités sont en mesure de jouer leur rôle et c’est dans ce sens qu’on va travailler, a-t-il dit.

Et selon les journalistes de Radio-Canada présents sur place, plusieurs clients n’ont pas tardé à tester la marchandise. L’odeur était fort présente dans le stationnement.

Source: Radio-Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec